L’élève du mois : Cleme

Chaque mois, focus sur l’un de nos élèves !
Aujourd’hui, c’est Clémentine qui est mise à l’honneur !!
Monitrice-éducatrice et âgée de 29 ans 3/4 nous dit-elle, elle s’est prêtée au jeu de notre petite interview spéciale pole dance.
Bonne lecture !
Pourquoi as-tu commencé la pole dance ? 
C’est un peu un concours de circonstances en fait… Une saison de hand qui se termine un peu en dent de scie, des évènements dans ma vie, pas de sport pendant tout l’été. J’étais dans une période de ma vie où j’avais besoin de me vider la tête, certainement de me prouver des choses, de me redonner confiance, de sortir un peu de mon train de vie habituel et de mettre toute mon énergie et ma frustration dans une autre discipline.
​Ce qui m’a attiré dans la pole c’est le côté physique de la discipline, le fait qu’on sollicite tous les muscles. Je crois que ma première crainte c’était d’atterrir dans une école qui pratiquerait « La pole sexy », une école un peu trop « girly » avec des filles qui se regarderaient de travers et se jugeraient entre elles. Et puis bien sûr d’être complètement nulle. Ça a l’air simple quand on regarde des vidéos sur internet, mais finalement quand on se retrouve face à la barre, on se demande si on arrivera à lever ses fesses !!
Depuis combien de temps pratiques-tu ?
Longue histoire ! J’ai découvert la pole par le biais d’une de mes anciennes colocs qui en faisait et qui m’a fait tester. J’avais trouvé ça cool, mais de là à pousser la porte d’un studio, on en était loin ! L’idée a germé dans ma tête, j’ai refais une initiation quelques années plus tard chez Miss Pole à Toulouse. J’ai finalement atterri chez Pole Dance And Co en juillet 2018. Le but, c’était seulement de faire ça l’été pendant la trêve de handball. D’une carte de 10 cours, ça fait 7 mois. La frustration des 10 cours était trop grande. Après l’été, j’avais une sensation d’inachevé.
Quelle est la réaction des gens autour de toi quand tu dis que tu fais de la pole dance ? 
​Ça dépend ! En général les gens pensent direct au côté boîte de nuit et strip-tease. Alors la phrase qui revient souvent c’est : « Whaou, ça doit être super sexy ! » Je suis souvent obligée d’expliquer que j’ai choisi la pole pour le côté sportif et qu’au contraire je fuis le côté sexy. Et puis très sincèrement quand on me voit poler avec mes pieds crochus, c’est tout sauf sexy !!!
Arrive souvent la question : « C’est toi qui fais tourner la barre où elle tourne toute seule ? » Et pour finir : « Vous êtes vraiment obligé de faire ça à moitié à poil ? »
Finalement mes ami(e)s finissent par trouver ça joli et impressionnant. Ils voient aussi que je m’épanouis dans cette discipline alors ils suivent de près mes progrès, et réclament un spectacle pour voir mes prouesses !
Quel cours suis-tu ?
J’ai commencé par faire un cours technique débutant et en alternance le cours de stretching et celui du combo. Et puis, mon emploi du temps ne me l’a plus permis. Depuis janvier, j’ai opté pour deux cours techniques le lundi et le samedi en cours débutant.
Quel est ton passé sportif ?
J’ai toujours fait du sport, à plus ou moins haute dose. Au début j’étais un peu la sportive du dimanche, et peu à peu le sport a pris une place très importante dans ma vie. Petite et jusqu’à mes 18 ans j’ai fait de l’équitation. Depuis que j’ai 13 ans je fais du handball, soit 17 ans ! Le handball c’est le sport de ma vie, mon leitmotiv. Celui qui m’a donné l’esprit de compétition, qui m’a appris le dépassement de soi, l’esprit et la cohésion d’équipe.
Qu’est-ce que la pole dance a changé pour toi, qu’est-ce que cela t’apporte ?
La pole dance m’a sortie de ma zone de confort. C’est un nouveau challenge. Et puis surtout, elle m’apprend à gérer ma frustration, parce qu’au hand je suis connu pour ça : ma difficulté à gérer ma frustration, quand on y arrive pas ou qu’on perd un match. À la pole je suis seule face à ma barre, et si je n’y arrive pas c’est ma faute, et je ne peux pas remettre ça sur le dos de l’équipe !
Et puis la pole demande énormément de persévérance, il peut s’écouler des semaines, voire des mois, avant d’arriver à passer certaines figures.
Qu’est-ce que tu apprécies le plus ?
Ce que j’aime le plus, c’est l’ambiance qui règne au sein de cette école. J’ai été bien accueillie, pas de jugement contrairement à ce que je craignais. Je fais deux cours différents par semaine, ça me permet de voir différentes personnes et aussi d’avoir deux profs différentes. Pas la même approche, pas la même pédagogie. Et puis, cet esprit d’équipe qu’il y a au sein des cours malgré le fait que la pole soit un sport individuel. On se motive, s’encourage entre nous, on est contente pour les copines quand elles arrivent à passer une figure.
C’est toujours un bon moment, 2 fois par semaine je passe la porte de Pole Dance and Co et tout le reste, reste à l’extérieur !
Ta/tes figures préférées qui te font rêver ? 
J’aime les figures en force, je dirais l’Iron X. Et celles que je trouve jolies, le scorpio par exemple. (Mais je retiens jamais les noms des figures !!!)
Et après j’aime la pole en duo, je trouve ça très jolie et élégant.
Et celles que tu apprécies moins ?
Celles que j’aime le moins c’est souvent les « transitions », celles qui sont un peu chorégraphies, ou au sol.
Je suis pas encore assez à l’aise avec le côté artistique de la pole, et je ne me sens pas assez gracieuse pour faire ce genre de chose.
Ta dernière réussite ? Ta plus grande fierté ?
La dernière réussie c’est le superman ! Un soulagement…!
La figure qui t’as fait galérer le plus jusqu’à maintenant ?

​Il y en a plusieurs, et je pense que ce n’est pas fini ! J’ai galéré à lâcher mes mains sur un crucifix inversé, un bird, un outside. Mais je crois que finalement c’est quand même le superman !

Je pensais être relativement souple avant d’arriver. Finalement pour certaines figures je manque clairement de souplesse.
Mais mon principal problème c’est d’avoir jamais les pieds pointés ! Un vrai fléau !

Ton pole danceur/ta pole danceuse préférée ?
​J’ai le droit de répondre Luc Abalo ?? 😅
Je m’y suis jamais vraiment intéressée, j’avoue. Je n’en connais donc pas.
Par contre au studio, j’ai énormément observé Tanya et Lilou. Pas pour les mêmes raisons. A mes débuts Tanya était souvent là, je la trouvais très élégante de part sa grande taille. Et Lilou pour son jeune âge, sa persévérance et sa souplesse !!
Ton conseil pour tous ceux qui n’osent pas commencer la pole ? 
J’aurais aimé savoir que ça fait mal, qu’on à des bleus parfois, mais que la satisfaction de réussir est plus grande et qu’on en oublie cette douleur ! Avant de commencer, je lisais sur tous les sites que la pole est un sport accessible à tous (âge, morphologie, condition physique..) J’y croyais tellement pas ! Mais finalement c’est pas de la publicité mensongère, c’est vrai, n’importe qui peut faire de la pole alors, il faut se lancer, mettre de côté l’image négative qui est donnée à la pole, ne pas se décourager à la première épreuve. Et OSER !
Un petit mot pour la fin ? 
​J’ai zéro regret d’avoir poussé la porte de Pole Dance and Co, je pense que j’ai trouvé la bonne école, celle qui allie convivialité, bonne humeur, et sport ! Je voulais pas croire toutes ces filles qui disaient que la pole rendait addict, mais c’est finalement tellement vrai ! Après avoir commencé, on a envie de poler tout le temps, partout, dès qu’on voit une barre.
Je m’excuse auprès de toutes celles qui ont subi mes pieds flex et qui ont dû faire des pompes !
Je remercie les SUPERS profs de Pole Dance and Co, Sophie, Gus et Céline qui poussent toutes leurs élèves vers le haut, sans oublier mes copines de pole qui m’encouragent à chaque cours.

Laisser un commentaire